Prévenir de l'usure professionnelle

1. Qu’est que l’usure professionnelle ?

L’usure professionnelle se traduit par un phénomène d’altération de la santé au travail provoquant une accélération du processus de vieillissement. Ce phénomène varie en fonction des parcours professionnels des salariés, des contraintes et des risques auxquels ils sont exposés. L’usure professionnelle et le vieillissement naturel peuvent créer de l’usure prématurée chez un collaborateur, c’est-à-dire une altération de la santé plus rapide que l’altération naturelle.

Tout d’abord, il est nécessaire que l’entreprise sache identifier quels sont les différents facteurs qui provoqueraient une dégradation de la santé de ses salariés. Les manifestations et les causes de l’usure peuvent être de plusieurs ordres : physiques, cognitives et/ou psychiques et leurs effets peuvent être immédiats ou différés. 

Les manifestations physiques sont les plus repérables, le plus souvent, avec lombalgies, troubles musculo-squelettiques, migraines et céphalées et autres maladies professionnelles propres à des contraintes et mauvaises conditions de travail. Les manifestations cognitives sont celles qui font appel à la réflexion et sont générées par un travail sous pression, une quantité et une diversité d’informations difficiles à traiter, ou bien des objectifs inatteignables. Quant aux manifestations psychiques, il s’agit d’un épuisement professionnel, conduisant à une démotivation, un désengagement et une souffrance mentale des salariés.

L'usure professionnelle

2. L’impact de l’usure professionnelle :

Pour les salariés :

Les collaborateurs sont les premiers impactés par l’usure professionnelle. Celle-ci est provoquée par des contraintes de travail de toute nature (port de charges, objectifs irréalistes, injonctions contradictoires…). Ce phénomène peut amener à une dégradation de la santé des salariés et de la capacité à réaliser leur travail.

Les risques d’usure professionnelle pour les salariés :

  • Augmentation des problèmes de santé
  • Obsolescence et la perte de compétences
  • Augmentation du nombre de handicaps 
  • Difficultés à réaliser son travail et à atteindre ses objectifs
  • Dégradation de son employabilité
  • Perte d’estime de soi et démotivation

Pour l’entreprise : 

L’entreprise sera elle aussi touchée par les conséquences de l’usure professionnelle. Elle peut rencontrer une perturbation de sa productivité qui peut l’amener à une baisse de la qualité, à une augmentation des inaptitudes de ses salariés, à une baisse de sa rentabilité et à des difficultés de recrutement.

Les impacts sur l’entreprise peuvent s’identifier à travers divers indicateurs : 

  • Augmentation des inaptitudes 
  • Augmentation de l’absentéisme
  • Turn-over en hausse
  • Dégradation du climat social
  • Augmentation de ses coûts liés à la gestion des ressources humaines
  • Baisse de rentabilité
  • Baisse de la compétitivité

En préservant la santé des salariés, l’entreprise favorise le maintien en emploi, réduit ses coûts et améliore le fonctionnement des équipes. Elle atteint la performance en agissant à la fois sur le social, le sociétal, l’économique et l’environnemental.

3. Comment prévenir les risques d’usure professionnelle ?

Pour que l’entreprise et ses salariés fonctionnent en partenariat, il est nécessaire d’agir et de mettre en place des actions de prévention visant à prévenir, corriger et réduire les facteurs d’usure professionnelle La direction peut agir sur les conditions de travail et la qualité de vie au travail. Dans ce sens, L’entreprise a une obligation générale de prévention des risques. L’employeur doit prendre des mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé mentale et physique de ses collaborateurs.

Démarche de prévention des risques d’usure professionnelle :

  • Identifier les facteurs d’usure professionnelle en amont, et analyser leurs impacts sur la performance et la motivation des salariés. 
  • Réaliser un diagnostic social par le biais d’un questionnaire anonyme couvrant l’ensemble des aspects de l’usure professionnelle dans votre entreprise
  • Agir sur l’amélioration des situations de travail et la réduction des risques professionnels pour tous les salariés quelles que soient leurs caractéristiques (âge, sexe, niveau de qualification…). Exemple : analyse de pratiques animées par un intervenant qualifié externe
  • Agir sur les parcours professionnels des collaborateurs. Il est possible de proposer à ses salariés des formations en développement personnel par exemple..
  • Mettre en place des actions pour être à l’écoute de ses salariés, et ainsi mieux identifier les facteurs et risques. La mise en place d’un service social du travail peut être une solution..
  • Agir sur la relation avec ses salariés et leur montrer que l’on se soucie de leur bien-être, cela va améliorer votre marque employeur.
  • Communiquer le plus possible avec vos salariés, ils se sentiront plus concernés et développeront un fort sentiment d’appartenance à l’entreprise.
  • Sécuriser le poste et le lieu de travail des salariés. 
  • Communiquer et prévenir sur les impacts de l’usure professionnelle, comme mettre en place des ateliers collectifs sur ce thème pour sensibiliser vos collaborateurs..
  • Mettre en place un baromètre social, pour évaluer le climat social et le bien-être au travail au sein de votre organisation.

Les entreprises prennent de plus en plus conscience des enjeux liés à la prévention de l’usure professionnelle. Cette prévention est la démarche privilégiée pour que les entreprises puissent repérer les manifestations et les risques d’usure professionnelle au sein de leur organisation. C’est également un enjeu pour les entreprises qui souhaitent agir pour réduire les problèmes d’absentéisme, d’inaptitudes, de désengagement, de départs précoces de salariés compétents, de turn-over, ou encore de qualité des services et de la production…  Pour que la prévention des risques soit durable, elle doit être globale et participative avec une association des salariés et de leurs représentants tout au long de la démarche. Elle doit s’inscrire dans un processus d’amélioration continue. 

Pour un climat social au beau fixe !