Interview avec Laure sur son parcours et son métier d'assistante sociale du travail

Découvrez aujourd’hui l’interview de Laure, assistante sociale du travail chez Lumanisy depuis 9 ans. Elle nous parlera de son parcours professionnel et de son métier. Nous découvrirons aussi pourquoi elle a décidé de travailler en milieu professionnel, et elle nous expliquera les particularités d’exercer dans le monde du travail pour une assistante sociale. 

Pourquoi avoir choisi de travailler en tant qu’assistante sociale ? 

J’avais choisi d’être assistante sociale parce que je voulais un métier avec du contact, de l’humain, de la relation d’aide et de la solidarité. J’ai fait plusieurs réorientations, à la base j’avais fait une école d’infirmière, mais il me manquait la technique de soin, qui ne me plaisait pas spécialement. Je préférais le contact avec les patients. J’ai donc fait quelques réorientations et j’ai trouvé le métier d’assistante sociale.  J’ai pris cette voie-là parce qu’il y a une grande diversité de secteurs dans lesquels on peut travailler. Il est aussi possible de travailler en polyvalence, notamment avec les personnes âgées, les enfants, les personnes en situation de handicap, les entreprises …

Pourquoi avoir choisi le monde du travail ?  

Cela s’est fait un peu par hasard, même si l’on en parle un peu en formation d’assistante sociale. J’ai l’impression que ce métier n’a pas une image positive pour les étudiants par rapport aux travailleurs sociaux. Ils ont du mal à voir l’intérêt que l’on peut avoir en tant qu’assistante sociale du travail. Il y a aussi un intérêt de vouloir être proche de la précarité, qu’on ne retrouve pas chez des personnes qui sont déjà insérées professionnellement. C’est l’image que certains étudiants peuvent avoir concernant le métier d’assistantes sociales en entreprise. 

Pendant ma formation, j’ai eu la chance d’avoir une référente en analyse des pratiques, qui était justement assistante sociale en entreprise. J’ai donc beaucoup échangé avec elle sur les particularités de ce poste et d’être en milieu professionnel. Je trouve que c’est très intéressant d’évoluer en entreprise, car il y a beaucoup de diversité. L’enjeu c’est d’arriver à préserver cette insertion dans le monde du travail de certains salariés qui sont en difficulté. Tout en essayant de trouver collectivement des solutions et des actions avec le service des ressources humaines pour améliorer leur efficacité et leur qualité de vie au travail. Cela fait maintenant 9 ans que j’interviens en entreprise et cela me plaît toujours autant. 

Ce qui me plaît aussi dans le monde du travail, c’est qu’on a plus de leviers et de possibilités d’actions par rapport aux services de secteurs. Aujourd’hui c’est compliqué d’aider des personnes en difficulté, il y a très peu de dispositifs mis en place par les acteurs sociaux. Et pour ceux qui existent, ils sont très restreints en termes de critères de sélection. On peut se retrouver facilement confronté à des personnes en difficulté et ne pas avoir la possibilité de les aider vraiment. Alors que avec le service social du travail, quand on est salarié, on ne le sait pas forcément, mais il y a beaucoup de fonds d’actions sociales que l’on peut solliciter. Pour moi, c’est beaucoup plus simple d’accompagner un salarié. 

Quels sont les atouts des assistantes sociales de Lumanisy ?

Le service social Lumanisy c’est une équipe très soudée et très professionnelle. Le fait de faire partir d’un service social inter-entreprise est très enrichissant. On n’est pas seule face aux difficultés, même si l’on est chacun sur son site, toute l’équipe est avec nous. On peut s’entraider et échanger quand on a une question ou des difficultés (SMS, mail, appel par exemple). 

Nous avons aussi l’analyse des pratiques 2 fois par an (voir une fois par trimestre). Ce sont des groupes, ou l’on se retrouve entre assistantes sociales, avec une psychologue de Lumanisy, pour échanger sur des situations qui nous auraient mis en difficulté. Cela permet de favoriser l’entraide et le partage de bonnes pratiques. 

Chez Lumanisy, toute l’équipe s’entend très bien, il n’y a pas de conflit, on travaille dans la bienveillance et la bonne humeur,

Quels sont les accompagnements qui ressortent le plus en entreprise ?   

En entreprise, c’est l’accompagnement “santé” pour les personnes qui sont en arrêt longue durée, pour lesquels on va mettre en place des actions pour favoriser le maintien dans l’emploi. Par exemple, cela peut concerner les aménagements de postes, les accompagnements pour la reprise, ou des actions pour limiter l’impact de l’arrêt maladie sur la situation financière du salarié…

Il y a aussi tous les accompagnements liés au handicap, notamment avec la reconnaissance des travailleurs handicapés qui permet aussi de favoriser le maintien à l’emploi.  

En ce moment, on fait beaucoup d’accompagnement à la retraite, on va informer sur les dispositifs, on va regarder avec eux leur relevé de carrière pour voir s’ils peuvent bénéficier d’une retraite anticipée. On les aide à faire la totalité de la démarche administrative. Il y a également des interrogations vis-à-vis de la dernière réforme des retraites qui est en suspens par le gouvernement. Je pense que cela a motivé certains salariés à accélérer leur démarche.    

Pour toi, quelles sont les plus grandes difficultés que peut rencontrer une assistante sociale du travail ? 

Le positionnement que l’on doit prendre dans certaines situations peut être compliqué. Certaines situations peuvent nous toucher et nous marquer plus que d’autres. Il peut être difficile de prendre du recul dans certains cas. Mais l’analyse des pratiques permet justement de traiter et d’échanger sur ces sujets-là. 

Pour toi, est-ce que les salariés se sentent plus écoutés dans leur entreprise grâce au service social du travail ?  

Régulièrement les retours que l’on peut avoir avec les salariés de nos clients, notamment ceux que l’on suit en arrêt de longue durée, c’est que le service social de Lumanisy leur est bénéfique et leur fait du bien. Cela leur fait plaisir d’avoir quelqu’un au nom de l’entreprise qui les contacte, cela montre aussi que l’on pense à eux. On a beaucoup de retours positifs sur notre capacité d’écoute et d’accompagnement. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, il n’y a pas ce sentiment d’être surveillé et contrôlé par la hiérarchie. Ils se sentent à l’aise avec nous, les assistantes sociales. 

Est-ce que pour toi, le rôle de l’assistant(e) social(e) du travail permet de répondre à une problématique de gestion des ressources humaines ? 

Pour moi, le service social est un outil pour les services de ressources humaines. Ils sont limités à la vie professionnelle, et c’est délicat pour un DRH ou un responsable d’intervenir dans la vie personnelle de ses salariés. Si un collaborateur a un problème personnel qui a de fortes répercussions sur son travail, c’est à nous assistantes sociales, d’aller le rencontrer pour l’aider à stabiliser sa vie personnelle. Cela va ainsi se faire ressentir sur sa vie professionnelle, et il sera plus performant et motivé. Le service social de Lumanisy soulage les ressources humaines sur ce point. 

 

Données recueillies par Mathieu Verchere

Le 30/07/2020